10 conseils pour être plus à l'aise au trot assis sans étriers


Le trot assis sans étriers est pour toi synonyme de torture et tu en as marre de retomber lourdement dans ta selle à chaque foulée? Tu au bon endroit ! Je te livre tous les précieux conseils que l'on a pu me donner et qui vont t'aider à te sentir beaucoup plus à l'aise en selle. Je me souviens des cours de mise en selle qui me paraissaient interminables et des chouettes courbatures le lendemain ! Aujourd'hui, et même si ma position n'est certainement pas parfaite, je me sens mille fois plus à l'aise et je me mets parfois volontairement au trot assis pour effectuer certains exercices. Je l'avoue, travailler assis est désormais un plaisir. Et franchement, la mise en selle, ça a un impact énorme sur la position du cavalier en général. Tu peux donc manger et manger de la mise en selle, ça ne pourra que te faire progresser ! Et quel bonheur quand tu as cette impression d'harmonie avec le cheval.


Les conditions optimales


Quid du matériel ? Si tu n'as pas une selle très confortable, tu peux investir dans un bon amortisseur et un couvre siège en gel ou en mouton : ça améliore le confort et ça évite les échauffements et les irritations, surtout si tu montes dans une selle en cuir. Et n'oublie pas de porter des sous-vêtements en coton ! Si besoin, tu peux lire mon article sur les sous-vêtements adaptés à l'équitation. Concernant ta monture pour faire du trot assis ? Certes, c'est nettement plus facile d'avoir un cheval canapé comme cobaye pour tes séances mais si tu apprends sur un cheval au trot rebondi, tu seras méga à l'aise sur TOUS les chevaux. La classe non ?! Faut voir le bon côté des choses ! Par contre, mieux vaut débuter le trot assis avec un cheval calme et bien dans sa tête. Très souvent, de nombreux cavaliers rechignent à enlever les étriers par crainte que leur cheval ne s'emballe, ce qui est compréhensible. Et à partir de là, c'est un cercle vicieux, le cavalier qui a peur se crispe et la position en pâtîe. La clé pour une bonne assiette, c'est la décontraction !


S'installer correctement dans sa selle au pas


Le mieux est d'enlever complètement les étriers de sa selle. Au moins, ni le cavalier ni le cheval ne sont gênés. Pour le cheval, ça lui évite que les branches ne viennent le taper . Pour toi, ça t'évite les coups sur les malléoles et les bleus ou les cuisses le lendemain (si tu croises des étriers devant)! Pour bien t'assoir dans ta selle, astuce toute simple : tiens toi droit, grandis toi, lève les genoux assez haut et redescend bien tes jambes d'un geste sec comme si tu voulais toucher le sol puis recule un peu tes cuisses. Bien assis sur tes ischions (les os des fesses), laisse tomber complètement des jambes. Si tu pars au trot avec une position bancale, c'est la catastrophe assurée ! Prends ton temps pour t'installer confortablement sur le dos de ton cheval au pas avant de demander le trot et détends toi.


Délier les articulations


Pour débuter la séance, il faut délier tes articulations pour déverrouiller ton squelette. Quelques exercices : écarte les jambes sur les côtés, fais des moulinets avec des chevilles, fais des montées de genoux en gardant le dos droit, écarte les jambes (chacune leur tour) vers l'arrière, bien tendues, toujours le dos bien droit...



Sentir la bonne position et trouver son équilibre


Au trot maintenant ! Tu peux commencer par un petit trot pour trouver des marques. Rien ne sert de trotter allongé quand on ne maitrise d'ores et déjà pas un petit trot assis correctement. Après, tu pourras trotter allongé sur la diagonale et reprendre un petit trot sur les petits côtés. Si tu es plus aguerri, tu peux passer des transitions montantes et descendantes trot-galop. (Il faut y aller étape par étape, se donner des objectifs atteignables sans en vouloir trop d'un coup). Grandis-toi, ouvre ta cage thoracique, garde le dos droit (ni cambré ni rond), place tes épaules légèrement vers l'arrière, serre tes omoplates, garde bien les coudes au corps, les mains basses sans tirer sur les rênes, sort le buste en mode je me la pète, accompagne le mouvement avec ton bassin placé en retro-version. Pense à chaque partie de ton corps une à une. "Est ce que mes mains sont bien basses ? Est ce que j'ai le dos droit ? ... "J'ai compris qu'un infime changement de position d'une des parties de corps modifiait le fonctionnement de tout le reste du corps. Ca a vraiment été le déclic pour moi. Ainsi, par exemple, placer tes coudes bien au corps et reculer tes épaules t'aidera à te grandir. D'ailleurs, ces fameux coudes ont un pouvoir amortissant de folie et je m'en suis rendue compte bien tard ! Mets du poids dans tes coudes mais un poids très léger et aérien, comme si tes coudes absorbaient les mouvements de ton corps de manière très légère, tu vas vite ressentir de bonnes sensations ! Bon, ça a l'air ultra bizarre dis comme ça mais fais moi confiance ! ;)


J'ai compris qu'un infime changement de position d'une des parties de corps modifiait le fonctionnement de tout le reste du corps.

Si tu sens que tu peines vraiment, repasse au pas, remets toi bien selle correctement et reprends le trot tranquillement. Les transitions montantes et descendantes trot-pas sont un excellent moyen de progresser en douceur !


Se détendre au max


Ne cherche à te tenir par quelque moyen que ce soit, hormis le pommeau pour le début qui peut vraiment t'aider et te rassurer. Cela va t'éviter de te raccrocher aux rênes ou te serrer les genoux. Si tu te raidis et que tu contractes tes muscles, tu ne peux pas te positionner en harmonie avec les mouvements de ton cheval. Si tu sers les genoux et que tu te tiens avec, cela va mettre à mal ton équilibre du haut du corps. Concernant les mollets et les pieds, on m'a enseigné deux écoles: j'ai connu des profs qui voulaient que le bas de jambe soit ultra verrouillé (comme si on avait des étriers invisibles) et les mollets au contact (ce qui est nettement plus facile pour tenir car on a un appui invisible certes mais ça aide). Tandis que d'autres profs m'ont enseigné la méthode chewing-gum, les bottes bien relâchées. Dans tous les cas, adapte-toi et ne pense pas "c'est horrible, c'est horrible, c'est quand que ça s'arrête" : ce type de pensée va mettre à mal ta position. Occupe-toi l'esprit en pensant à la position de chaque partie de ton corps et en ressentant la décomposition des mouvements de ton cheval pour faire corps avec lui.



Privilégier les sessions courtes et remettre ses étriers après


Rien ne sert de trotter assis 1 heure. Il n'y a rien de plus rébarbatif pour commencer. Mieux vaut faire 5 minutes en pleine forme où tu as senti avoir une bonne position qu'une heure en sac à patate. Si ton physique ne suit plus au bout de quelques minutes, arrête. Il ne faut pas que la fatigue dégrade ta position. Préfère 5 minutes soignées et propres où tu as réellement eu le sentiment d'avoir été à l'aise. Tu augmenteras les efforts au fil des séances. La clé, c'est la répétition et la persévérance. 5 minutes à chaque séance c'est déjà un excellent début ! N'oublie pas de remettre tes étriers en fin de séance et de re-trotter enlevé. Quel bonheur non ? On a l'impression de flotter au dessus de ses pieds et d'être tout léger. Tu vois que tes efforts ont payé ! Après la séance, tu peux faire à pied l'exercice de la chaise invisible. Ton dos collé contre le mur, tu t'assoies comme si tu étais sur une chaise. Et tu tiens pendant 1 minute. Avec cette astuce je n'ai quasi jamais de courbatures !


Pensez à faire des exercices en même temps pour penser à autre chose


Autre petite astuce au côté rébarbatif de la chose : fais des exercices simultanément. Cela peut réellement t'aider à oublier que tu n'as plus d'étriers : passe des barres au sol, fais des pony games, trotte enlevé (sans étriers bien entendu), tiens le pommeau en levant les genoux, ... Tu augmenteras considérablement ton aisance à cheval et ton assiette te remerciera !


Accompagner le cheval , suivre ses mouvements


L'autre clé pour être à l'aise au trot assis sans étrier : travailler son assiette en harmonie avec les mouvements de son cheval. Fais toi lourd dans ta selle et assieds-toi. Très souvent, on pense que l'on est assis alors que pas du tout. Ferme les yeux si besoin, ressens les mouvements de ton cheval et accompagne-les avec ton bassin. Fais fonctionner ton bassin en harmonie avec ton cheval.


Se faire longer


Si tu n'es vraiment pas à l'aise ou si tu veux perfectionnez ta technique, pense à te faire longer. L'avantage ? Tu n'as pas besoin de te préoccuper du tracé, de l'allure de ton cheval et tu évites de te raccrocher aux rênes. Profites-en pour fermer les yeux et ressens les mouvements de ton cheval. Fais corps avec lui.



Monter à cru


Autre astuce amusante : Tu peux également monter à cru de temps à autre. Certains cavaliers sont d'ailleurs nettement plus à l'aise à cru que sans étriers. Là encore, travaille dans l'optique de faire corps avec ton cheval.


Concentration - Liant - Décontraction


Voilà les 3 mots qui résument parfaitement les clés pour devenir un véritable virtuose du trot assis ! Lorsque tu seras à l'aise sans étriers, trotte assis avec tes étriers, un peu plus difficile mais tellement chouette quand on y parvient ! Il n'y a qu'à regarder cette vidéo ci-dessous (d'ailleurs n'hésitez pas à regarder les grands cavaliers de dressage pour décortiquer leur position) qui résume parfaitement l'harmonie du couple cavalier/cheval. Je ne suis jamais montée dans une selle de dressage mais my god j'imagine le kiff total au trot assis! Fais-toi violence (il faut sortir de sa zone de confort pour progresser), ne te décourage pas, prends vraiment les cours de mise en selle comme un moyen de sublimer ta position et promis, tes efforts payeront !



✨ Abonne-toi ! ✨


Tu as aimé cet article conseil? 🤩 Abonne-toi pour être averti en premier des nouveaux articles sur le blog et n'oublie pas de me suivre sur les réseaux sociaux !

6,114 vues