La communication animale ... qu'est ce que c'est ?


© Klaod Roparz

Il y a quelques mois, j'ai pu échanger avec Mireille Moulet, spécialiste de la communication animale. Ne connaissant absolument rien au sujet, voici le résumé de notre échange très enrichissant. Rencontre avec une passionnée du bien-être animal.


Quel a été votre parcours équestre ?


Formée par l'écuyer Serge Beylier, j'ai été cavalière de dressage puis juge en épreuves de dressage et en concours complet. J'ai co-créé un élevage et une écurie de chevaux de course, j'ai entrainé de nombreux cavaliers, j'ai collaboré avec un cavalier international de concours complet et j'ai participé à la conception de matériel technique pour l'amélioration du confort du cheval (filet pour dégager les oreilles et éviter de comprimer la tête, amélioration de la qualité des amortisseurs, ...).


En quoi consiste votre activité ? Qui fait appel à vous ?


Mon activité ne consiste en aucun cas à faire de la méditation ou de la télépathie. Il s'agit davantage de "médiation". Je passe par le côté tactile car je suis cavalière, je touche le cheval sur des zones précises pour comprendre ce qu'il ressent. J'apprend au cavalier, qui ne comprend pas pourquoi sa monture ne se comporte pas comme il le voudrait, à décoder les signaux qu'elle émet de telle manière à établir un dialogue. Je lui donne les clés pour écouter son cheval, en lui réapprenant par exemple à faire un pansage en écoutant son cheval. J'interviens dans les écuries, dans les poneys clubs, auprès des enfants, des enseignants, des particuliers, des professionnels, ...


Comment votre activité a t-elle commencée ?


Le film "L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux" avec Robert Redfort (sorti en 1998 n.d.l.r) a été pour moi LE déclencheur. Lorsque j'exerçais mon métier de thérapeute équin, la communication animale n'existait pas encore. Je la pratiquais sans le savoir en passant des heures dans les box des chevaux. Je me suis rendue compte au fur et à mesure des années que j'étais une médiatrice entre le cavalier et son cheval. Le cavalier me confiait ses doléances et j'écoutais le cheval pour comprendre la raison du problème. Petit à petit, j'ai acquis cette double écoute, je suis devenue une voix et je donnais des conseils au cavalier. Maintenant que je suis à la retraite, je le guide au travers d'exercices pour améliorer la relation avec son cheval. Etant une professionnelle du monde équestre et ayant monté dans de nombreuses disciplines, je peux comprendre les maux de tous les chevaux, qu'ils pratiquent la randonnée, la course ou le complet. Je mets mon expérience au service des cavaliers et des chevaux pour qu'ils dialoguent et s'harmonisent.


© Klaod Roparz


Qu'est ce que la communication animale ? Quel est son rôle et quels sont ses objectifs ?


Le cheval est un animal sensible, tactile, sensoriel, intuitif. Il devient inquiet quand son cavalier est stressé, soucieux ou occupé. J'apprends aux stagiaires à décoder les signes avant coureurs d'une inquiétude, d'un mal être, d'une blessure.... Ces signes vont souvent crescendo. Mon rôle n'est pas de soigner. J'agis dans un rôle préventif, avant que l'intervention d'un vétérinaire ne soit nécessaire. Je ne m'occupe pas uniquement des chevaux mais je travaille également avec des bovins, des lamas, des chats, des chiens, ... Quel que soit l'animal, mon approche pédagogique reste la même.


Tout le monde peut-il pratiquer la communication animale ?


Bien entendu. Mes stages s'adressent à tous et même aux non-cavaliers. Il suffit simplement d'aimer les animaux et de vouloir en apprendre plus sur eux. Chaque cavalier peut ressentir et comprendre les signes qu'émet sa monture. Et cela commence dans le pré, dans le box ou lors du pansage. Le pansage est un moment crucial. Le cheval vous donne des signes de son ressenti en permanence (oreilles en arrière, soufflement, queue qui fouette..). Lorsque j'interviens auprès des enfants et que l'un d'entre eux, ressentant que son cheval a un soucis, décide d'écourter sa séance montée pour l'emmener brouter; cela me remplit de bonheur et je sais que mon but est atteint. L'enfant a alors compris que la séance continuait à pied. Il est à ce moment totalement en accord avec le bien-être de l'animal.


Comment développer la relation cavalier/cheval ?


Approfondir la relation avec sa monture nous amène à vivre une autre qualité de présence en tant que cavalier. Aujourd'hui, nous sommes en permanence dans l'action et dans le "faire" : seller, monter, travailler,... Il est primordial de faire autre chose que de monter, de changer nos habitudes, de passer de "faire" à "être", d'observer le cheval dans le pré, seul dans la carrière, lorsqu'il broute, au box, ... , d'apprendre à ressentir, à décoder subtilement les signaux qu'il envoie et ainsi, à "être là" avec lui.

Pour bien communiquer avec son compagnon, le cavalier doit se consacrer 100% à lui, être complètement avec lui et observer les moindres signes qui lui sont offerts en oubliant les paramètres extérieurs (téléphone, gens qui parlent, bruits parasites ...). J'invite d'ailleurs tous les cavaliers à se séparer de leur portable lorsqu'ils sont avec leur cheval.


© Klaod Roparz

Quelles sont les conditions optimales pour réussir à communiquer avec son cheval ?


La base de la communication, c'est le calme intérieur. Il faut accepter de prendre son temps et se connecter d'abord avec soi-même pour dialoguer avec son cheval. Avant de commencer quoique ce soit avec les chevaux, je demande à tous mes stagiaires de lâcher prise , je leur apprend à se détendre, à respirer. Il est essentiel de se connecter avec soi avant de se connecter avec l'animal et de laisser de côté ses soucis pour pouvoir dialoguer sereinement et pleinement avec lui.


Quels conseils pourriez-vous donner à un cavalier pour garantir le bien-être de son cheval ?


Accepter d'être dans une écoute vraie et profonde avant de satisfaire ses intérêts propres, par exemple l'envie de gagner la prochaine compétition. Les cavaliers attendent que leur cheval leur fasse plaisir, oui, mais regardons les choses autrement. Certains chevaux prennent un réel plaisir à sauter des barres, d'autres préfèrent la randonnée. Décider le meilleur pour son cheval, c'est se préoccuper constamment de son bien-être, soit, en d'autres termes : lui demander son avis pour vivre ensemble une belle harmonie.


✨ Abonne-toi ! ✨


Tu as aimé cet article ? Abonne-toi pour être averti en premier des nouveaux articles sur le blog et n'oublie pas de me suivre sur les réseaux sociaux !

71 vues